Blockchain et cryptomonnaies

L’émulation autour des crypto-monnaies a dernièrement amené beaucoup d’investisseurs à s’intéresser à ce marché. Cependant, peu d’entre eux arrivent à saisir les notions clés derrière cet écosystème. Bitcoin, cryptomonnaies, blockchain... Qu'est-ce que tout cela signifie ?



Qu'est-ce que la blockchain ?


La technologie blockchain, aussi appelée Distributed Ledger Technlogy (DLT) est définie comme un registre infalsifiable, décentralisé et distribué qui enregistre la provenance d'un actif numérique.


Si cela semble un peu dur à comprendre au début, une analogie simple, notamment décrite par Nicholas Weaver, professeur à Berkeley, pour comprendre la technologie blockchain est le parallèle effectué entre les feuilles de calcul Excel traditionnelles et Google Sheets.


Traditionnellement, pour collaborer sur une même feuille de calcul Excel, ce fichier devait être créé, sauvegardé et envoyé par courrier électronique à un destinataire, qui était ensuite invité à le modifier, à le sauvegarder une nouvelle fois et à le renvoyer par courrier électronique. Bien qu’il puisse y avoir des avantages évidents à ce processus (éviter qu’une autre partie modifie le fichier en cours d’utilisation), il est clair que dans certains cas, ce n'était pas la manière la plus efficace de procéder. Vous rencontriez divers problèmes de gestion des feuilles de calcul : les gens perdaient la trace des versions les plus récentes des documents ou finissaient par mettre à jour d'anciennes versions de la feuille de calcul, sans oublier que les multiples transferts du fichier menaçait la sécurité même des données présentes à l’intérieur de celui-ci. Il devait y avoir un moyen plus simple pour que tout le monde puisse y avoir accès sans avoir un nombre incalculable de versions d'une feuille de calcul, non ?


C'est là qu'intervient Google Sheets (le miroir de la blockchain dans notre cas). Avec un fichier Google Sheets, toutes les parties ont accès au même document et peuvent le visualiser, l’éditer et le modifier simultanément et à tout moment. Bien que cette analogie ne soit pas parfaite, elle vous donne l'idée générale du fonctionnement d'une blockchain : un registre décentralisé accessible à tous.


Il en résulte un grand nombre d'avantages qui sont indissociables du fonctionnement de la blockchain. Toutes les données détenues sur une blockchain existent sous la forme d'une base de données continuellement réconciliée et partagée. En revanche, contrairement à un fichier Google Sheets partagé, la blockchain n'est pas stockée à un seul endroit, ce qui garantit que toutes les données qu'elle conserve restent publiques, faciles à vérifier et ainsi non corruptibles. De plus, les pirates ne peuvent pas accéder à une version centralisée des données, et celles-ci sont accessibles à tout moment par n'importe qui sur Internet.


Comment ça marche ?


Chaque transaction par blockchain passe par les mêmes étapes, qu'elle soit utilisée pour des transactions financières ou pour le suivi de produits. Le principe de base du fonctionnement de toute blockchain peut être décomposé en plusieurs étapes distinctes :

  1. Un enregistrement est effectué pour chaque transaction. Cet enregistrement, qui contient certains détails sur les personnes effectuant la transaction, est authentifié à l'aide de la signature numérique de chacun.

  2. Chaque transaction est vérifiée pour s'assurer de sa validité. Ce processus de vérification est effectué par les ordinateurs connectés au réseau, chacun d'entre eux vérifiant indépendamment que la transaction est légitime.

  3. Une fois vérifiée, chaque transaction est ajoutée à un bloc qui est proposé à l’ensemble des nœuds du réseau, c’est de là que vient la notion de décentralisation. Les "blocs" sont des groupes d'enregistrements de transactions, et chacun d'eux est unique. Chaque bloc porte également un code appelé valeur de hachage (ou résumé de hachage), qui l'identifie de manière unique et indique sa position dans la blockchain. Le hachage garantit également l'intégrité des données pour montrer qu'elles n'ont pas été modifiées depuis leur enregistrement dans le bloc.

  4. Une fois validé par l’ensemble des membres du réseau (validation commune qui s’opère selon un mécanisme de consensus propre à chaque blockchain), le bloc est ajouté à la fin de la blockchain. Une fois qu'un bloc est ajouté, l’opération recommence avec de nouvelles transactions et l’ajout d’un nouveau bloc et ainsi de suite.

Fonctionnement de la blockchain Bitcoin, source : L’institut des actuaires


Ainsi, la blockchain se résume grâce à ces trois piliers : décentralisation, transparence et immutabilité. Jean-Paul Delahaye, mathématicien, l’a ainsi très bien résumé en décrivant la blockchain comme un « très grand cahier que tous peuvent lire gratuitement et librement, sur lequel tout le monde peut écrire, mais qui est impossible à effacer et indestructible ».


Quels sont les secteurs qui utilisent actuellement la blockchain ou qui pourraient en bénéficier ?


La blockchain s'efforce d'instaurer une nouvelle ère de confiance dans la communication en ligne. Et bien qu'il s'agisse d'une technologie encore relativement nouvelle, elle prouve son utilité et son efficacité dans un certain nombre de secteurs vitaux.


Par exemple, après qu'un certain nombre de clients soient tombés malades après avoir mangé un lot de laitue infecté par l'e-coli, IBM et Walmart ont travaillé ensemble pour créer une blockchain permettant de suivre les produits frais de la ferme jusqu'au domicile des clients. Une fois cette blockchain établie, les produits de Walmart ont pu être suivis automatiquement par le biais de "contrats intelligents", ce qui a permis de réduire les erreurs humaines et de créer une chaîne de responsabilité en cours de route. Les cas d’usage de la blockchain ne se limitent pas au domaine alimentaire, on retrouve notamment des applications dans le domaine du luxe avec la lutte contre la corruption, le secteur automobile, les réseaux sociaux, le monde de la finance ou encore du sport. L’éventail des possibilités est tellement grand qu’un article sera prochainement consacré à l’utilisation de la blockchain dans ces différents secteurs !


Décentralisé. Unique. Cela ressemble un peu au Bitcoin...


Bitcoin est une monnaie tandis que la blockchain est la technologie sur laquelle repose le Bitcoin (bien que l’on puisse parfois utiliser Bitcoin pour désigner la blockchain en tant que telle) et c'est pourquoi les deux noms sont si souvent utilisés ensemble. Ainsi sans blockchain, il n'y aurait pas de Bitcoin. Pour rester dans les analogies : pensez à Google et Internet. Google (= Bitcoin) fonctionne sur Internet (la blockchain) et n'existerait pas sans lui, mais Internet existe toujours sans Google. De même, Bitcoin n'existerait pas sans la blockchain.


Plus précisément, le bitcoin est une monnaie numérique décentralisée, ou un système de paiement électronique de pair à pair, dans lequel les utilisateurs peuvent transférer des bitcoins sans l'intervention d'un tiers de confiance (comme une banque). Le bitcoin n'est cependant qu'un exemple de crypto-monnaie parmi tant d’autres et d'autres réseaux de crypto-monnaies sont également alimentés par la technologie blockchain (Nano ou Neo par exemple) que nous vous ferons découvrir au fil du temps sur notre blog.


Nous espérons que cet article vous aura permis de mieux comprendre la technologie Blockchain et de discerner les différences avec le Bitcoin. Le voyage vers la connaissance de cet écosystème étant long et sinueux, nous vous encourageons à rejoindre notre communauté gratuite Aircrypto sur Télégram pour pouvoir échanger librement autour de ces notions en toute convivialité !


Axel Hoffmann, membre Aircrypto